Ce qui nous lie - comédie dramatique

Ce qui nous lie est un film français réalisé par Cédric Klapisch, sorti en 2017
 

Date de sortie : 14 juin 2017 (France)
Réalisateur : Cédric Klapisch
Avec : Pio Marmai, Ana Girardot, François Civil




Distribution

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Synopsis 

Fils de vigneron, Jean a eu envie de prendre le large. Il a pris son baluchon et a parcouru la planète, sans donner de nouvelles à sa soeur Juliette et son frère Jérémie pendant plus de quatre ans. Son père étant tombé gravement malade, le voilà de retour. Si Juliette est contente de le revoir et bien décidée à ne pas le laisser repartir, Jérémie a dû mal à accepter le retour du fils prodigue. Leur père meurt juste avant les vendanges. Pour Jean, c'est l'heure du choix : celui de s'investir ou non dans l'exploitation et surtout renouer les liens entre lui, Juliette et Jérémie...

 

Extrait d'une interview du cinéaste.

Inutile de tourner autour du pot, clairement le vin pour moi, c’est mon père. J’ai connu le vin par mon père – qui ne boit pratiquement que du Bourgogne. Quand j’ai commencé à boire (vers 17-18 ans) il me faisait goûter ses vins… C’est grâce à lui que j’ai eu cet apprentissage. Jusqu’à il y a peu de temps il nous emmenait en Bourgogne mes sœurs et moi faire des dégustations dans des caves. C’était une sorte de rituel, une fois tous les deux ans à peu près… Quand j’avais 23 ans et que je faisais mes études à New York, j’ai été serveur dans un restaurant français. On devait être une quinzaine de serveurs et je me suis rendu compte que j’étais le seul qui savait conseiller un vin. Les serveurs américains me demandaient «mais comment tu arrives à faire la différence entre un Côte-du-Rhône et un Bordeaux ?». Je me suis rendu compte à ce moment-là que le vin était une culture… Pour la littérature, on le sait, il faut lire pour connaître et différencier des pensées et des auteurs. Dans le vin, il faut boire pour identifier des terroirs et distinguer des saveurs… J’étais conscient que c’était mon père qui m’avait transmis cette culture du vin et cet intérêt pour la Bourgogne. Donc le vin pour moi a été assez vite associé à l’idée de la transmission. Je sentais intuitivement que si je voulais faire un film sur le vin c’était parce que j’avais envie de parler de la famille. Ce que l’on hérite de ses parents, ce que l’on transmet à ses enfants.

 
 

 

 

 

gallery/cequinousliedistri