L'étreinte du serpent - drame

L'Étreinte du serpent est un film dramatique et d'aventure réalisé en coproduction colombienne, argentine et vénézuélienne par Ciro Guerra et sorti en 2015.

 

Première sortie : 17 février 2016 (États-Unis)

Réalisateur : Ciro Guerra

Titre original : El abrazo de la serpiente

Budget : 1,4 million USD

Récompenses : Fénix Film Award for Best Direction





Distribution

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Synopsis 

Dans la partie nord-ouest de l'Amazonie vit Karamakate, un vieux chaman solitaire, dernier survivant de son peuple. Des dizaines d'années de solitude dans les profondeurs de la forêt ont fait de lui un chullachaqui, une coquille vide, privée d'émotions et de souvenirs. L'arrivée d'Evan, un jeune ethnobotaniste américain, l'amène à entreprendre en sa compagnie un voyage initiatique dangereux à la recherche de la yakruna, une plante sacrée mystérieuse, possédant la vertu d'apprendre à rêver. Ce périple aux confins de l'Amazonie colombienne permet à Karamakate de retrouver peu à peu ses souvenirs perdus.

 

Critique - Cécile Mury - Télérama

Dès le premier plan, Karamakate, chaman amazonien, ermite tourmenté, s'empare du film. Il en est le guide, à travers l'espace et le temps. C'est lui qui conduit tour à tour vers l'inconnu, à des décennies de distance, deux scientifiques occidentaux venus le solliciter : un ethnologue allemand et un botaniste américain. Leurs voyages dans les méandres de l'Amazone se répètent, se répondent et se confondent dans une même quête obsédante. Les deux étrangers veulent dénicher la yakruna, une fleur mythique, curative et hallucinogène. Karamakate, lui, veut retrouver son peuple et, peut-être, renouer avec une identité que sa solitude a fini par dissoudre.

De son troisième long métrage, le Colombien Ciro Guerra fait une immense rêverie aussi énigmatique, dense et luxuriante que cette jungle dans laquelle il est le premier, depuis une trentaine d'années, à poser sa caméra. L'Etreinte du serpent est un film d'aventures, dont le parcours sinueux, contemplatif et hypnotique, glisse vers les confins de la folie, dans une Amazonie hantée. Ici, la violence des colons exploitant le caoutchouc ; plus loin, une mission catholique où des orphelins sont fouettés au coeur de la nuit ; ailleurs, un messie dément qui s'offre à ses adeptes dans une eucharistie cannibale... Tout ce périple, entre violence historique et vertige spirituel, semble suivre les traces d'un Werner Her­zog (Aguirre, la colère de Dieu ; Fitzcarraldo). Et de Joseph Conrad, dans son roman Au coeur des ténèbres.

 

 
 

 

 

 

gallery/distril'etreinte